Oui, c’est vrai. Parfois, il ne faudrait le dire à personne.
Parfois il faut le taire, le porter comme un secret précieux, comme une perle cachée qui ne doit voir la lumière du jour de peur qu’elle ne blesse par sa beauté le jour.
Parfois, il faut porter la perle de l’intérieur, devenir coquillage se laissant blesser par ce grain de sable hors du commun qui se revêt de nacre et s’alourdit de beauté.
Et puis comme une femme portant en son ventre le fruit d’un amour, attendre, croire qu’au-delà de tout ce qu’elle peut concevoir, une main invisible tisse en elle le miracle de la vie.

Car le secret d’un amour ne peut se dire qu’en murmurant, il ne peut se dire qu’en balbutiant, parfois, dans la brise diaphane de la nuit.

Oui, parfois, c’est comme ça.

On ne peut parler n’importe quand, n’importe où, de ce qu’il y a de plus puissant au monde. Car le Tout-Puissant est devenu le Tout-Fragile, et des jours, comme ça, il faut respecter son Etre qui respire en silence en chaque créature, comme on respecte un bébé qui dort. Et qu’on ne peut que contempler, comme une hostie ruisselant de lumière.

Parfois, ô mon âme, malgré le feu qui te brûle comme un bonheur trop grand à porter toute seule, il te faut simplement demeurer en toi et laisser battre ton coeur tout contre celui qui fait battre par son souffle le coeur de la Terre.

Etre là et ne rien dire, ne rien lui dire, mais glisser dans son secret et en lui, embraser d’amour

l’univers

 

Vous voulez plus de choses comme ça?

Recevez notre newsletter directement dans votre boite mail.

Ne vous inquiétez pas nous ne spammons pas

Laïque consacrée de la Communauté des Béatitudes. Formation philosophique et théologique à l'Université Saint Esprit de Kaslik, à L'Université Saint Joseph de Beyrouth et à l'Institut des Etudes Théologiques de Bruxelles. Enseigne à l'ISSR et anime des formations, des journées et des retraites spirituelles.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Joumana Khalil
Charger plus dans Spiritualité
Les commentaires sont fermés

Lisez aussi

Ma joue droite et mes cages intérieures

A qui te donne une gifle sur ta joue droite, tends-lui encore l’autre. A qui veut te…