Cher Agneau

6 Lecture minime
0
0
241

Ta pédagogie d’amour…

Au terme d’une année qui a débuté par un oui de ma part en réponse à une invitation que tu me proposais : m’engager à être ton amie ; je me retrouve devant un écran où une relecture spontanée de ce qui est survenu durant tous ces jours passés est diffusée.

Je t’ai fait plein de promesses, tu t’en souviens ? Eh bien, sûrement tu t’en souviens beaucoup mieux que moi, car, je te l’avoue, j’en ai oublié beaucoup. Et tu sais ce qui m’a surpris l’autre jour ? C’est de recevoir de ta part un message où tu me disais : je te remercie pour tout ce que tu fais pour moi… je me suis dit : est-ce qu’il rigole ou quoi ? Mais, je me suis vite rappelée que c’était toi, typiquement toi ; c’est ça ta pédagogie d’amour : encourager au lieu de sermonner, partir de ce qui est déjà, plutôt que de ce qui n’est pas… encore.

J’étais heureuse comme une reine…

J’ai vu aussi beaucoup de scènes où je grommelais ; j’ai approché mes oreilles pour voir de quoi il s’agissait ; eh bien…. Maintenant j’ai honte de l’admettre, mais tu sais, beaucoup de fois, et devant les missions que tu me confiais, je n’étais pas hyper cool ; je voyais que c’était fatiguant. Quand même, c’était fatiguant ! Mais ce qui est marrant c’est que, à chaque fois que la mission finissait, j’étais heureuse comme une reine… enfin, si les reines sont heureuses, je sais pas, mais moi je l’étais.

Je ne t’ai pas reconnu dans beaucoup de gens que je croisais… c’est maintenant que je te revois. Il faut dire que t’es le Roi du camouflage… t’es le Roi tout simplement aussi… car, même quand je ne te reconnaissais pas, toi, tu me reconnaissais toujours, et je surprends des scènes que j’avais oubliées et où tu m’as donné beaucoup d’amour à travers des personnes à qui je croyais plutôt devoir donner…

Heureuse aussi comme je ne l’ai jamais senti…

Le film se déroule ainsi, et je me retrouve au terme de cette année, peut être pas plus pauvre qu’à son début, mais certainement avec une conscience et une connaissance de ma pauvreté que je n’avais pas au début…

Je me retrouve inutile comme je ne l’ai jamais senti de ma vie, mais heureuse aussi comme je ne l’ai jamais senti…

Ca peut paraître paradoxal mais ça ne l’est pas, car, dans mon inutilité, tu as comblé et les autres, et moi… d’ailleurs avant de donner aux autres, on a à recevoir de toi et tu nous gardes toujours une grande part/surprise.

A la fin de ce film, je remarque que, face à toutes mes infidélités, toi, par contre, tu n’as rien oublié de ce que tu m’as promis, et à part tout ce que tu as déjà réalisé (même les promesses qui étaient toutes petites, quoi !), tu me donnes une parole pour me rappeler comment attendre ce qui est à venir :

Espérer ce que nous ne voyons pas, c’est l’attendre avec constance” Rm 8:25

Aujourd’hui je me suis surprise à fredonner joyeusement : Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi…

Ps : je t’aime beaucoup.

Charger plus d'articles liés
  • Place aux jeunes: Un Dieu rebelle!

    Un adolescent qui a la foi, convertit plus qu’un curé de paroisse ! C’est presque indiscut…
  • Retraite agapé thérapie

    Suite à une retraite spirituelle Lina et P Zaki en sont venu à une évidence, il faut faire…
  • Il était une fois : Gare au loup !

    Le petit chaperon rouge décida à un moment de sa balade de ne pas tenir compte des propos …
Charger plus par Pascale Harfouche Chedid
Charger plus dans Spiritualité

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Lisez aussi

Place aux jeunes: Un Dieu rebelle!

Un adolescent qui a la foi, convertit plus qu’un curé de paroisse ! C’est presque indiscut…