Accueil Spiritualité Bas les masques : Dévoiler sa bête noire…

Bas les masques : Dévoiler sa bête noire…

5 Lecture minime
0
1
444

Ou la la ! Je veux exister, je me fâche si quelqu’un dit de moi quelque chose qui ne me plait pas ! Au besoin je raconte à tout le monde “combien je suis quelqu’un comme ci ou comme çà…. Mais au fond je cherche moins à être moi même qu’à cacher aux autres ce que je n’aime pas en moi… à quand la liberté de pouvoir dire comme Thérèse de l’enfant Jésus “je j’ai jamais cherché que la vérité”.

Des fois on y arrive. On raconte un truc super embêtant de nous-mêmes à quelqu’un en qui on a grande confiance. Une bêtise, un mauvais comportement, des idées noires, blasphématoires ou impures même. Oui, des fois on y arrive. Mais il y a un aspect de nous qu’on aimerait ne pas révéler… à nous-mêmes ! Cet aspect là c’est la bête noire de chacun. C’est ce que nous rejetons en nous, ce dont nous refusons des fois d’admettre l’existence, ce que nous aimerions effacer de notre mémoire… C’est à cet aspect là que Jésus s’est adressé maintes fois :

« Or les scribes et les Pharisiens amènent une femme surprise en adultère » (Jean 8, 3).

Je suis presque sûre que cette femme là avait très bien caché jusque là le fait qu’elle était adultère, vu le terme « surprise ». Elle en souffrait ? J’en sais rien, quoique je le pense. Nous souffrons tous de nos péchés… Mais le plus important pour elle, en dehors de sa souffrance intérieure, c’était que les gens ne sachent pas ce qu’elle faisait, ne découvrent pas sa bête noire ! Et voila que le verdict tombe. Elle est découverte. Remplacez cette situation par n’importe quelle activité, pensée, parole, etc. que vous commettez dans le « noir ». Imaginez que c’est découvert, mis à jour. Oula ! Quelle humiliation rien que d’y penser hein ? Maintenant imaginez Dieu en personne devant vous qui commettez ce truc. Aie ! On n’aimerait pas y penser ! Eh bien non, pensez-y ! Regardez sa réaction devant la femme adultère ; après avoir « éloigné » les pharisiens il lui dit :

“Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ?” (Jean 8, 10).

C’est une question étrange ! Non seulement ils voulaient la condamner, mais en plus ils voulaient la lapider ! Regardant les yeux de Jésus, elle comprit quelque chose :

Elle dit : “Personne, Seigneur.” Alors Jésus dit : “Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus.” (Jean 8, 11)

Ta bête noire, dévoile-là, mais uniquement à Dieu, en toute humilité car il est le seul à pouvoir t’accepter tel que tu es, et à substituer à ton humiliation, ton estime de soi. Aucune personne humaine, ne pourra jamais être aussi miséricordieuse devant les ténèbres dont nous sommes capables. Ton lourd secret, c’est le fardeau que tu as à déposer aux pieds de Jésus ! C’est la croix que tu n’es pas invité à porter toi-même, mais à donner à celui qui l’a déjà porté pour toi…

Charger plus d'articles liés
  • Place aux jeunes: Un Dieu rebelle!

    Un adolescent qui a la foi, convertit plus qu’un curé de paroisse ! C’est presque indiscut…
  • Retraite agapé thérapie

    Suite à une retraite spirituelle Lina et P Zaki en sont venu à une évidence, il faut faire…
  • Cher Agneau

    Ta pédagogie d’amour… Au terme d’une année qui a débuté par un oui de ma part en rép…
Charger plus par Pascale Harfouche Chedid
Charger plus dans Spiritualité

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Lisez aussi

Place aux jeunes: Un Dieu rebelle!

Un adolescent qui a la foi, convertit plus qu’un curé de paroisse ! C’est presque indiscut…