Dans ta prière as tu déjà remarqué ces idées qui passent dans ta tête? On les appelle des distractions ! C’est un peu comme si lorsque tu décides de cesser de bouger, toute l’énergie de ton corps passait dans la créativité pour inventer 1000 raisons pour te faire sortir de la présence à toi et à ton Dieu. Certains pensent y voir l’action du diable, et je veux te montrer dans cet article qu’il n’en est rien. Tu n’as même pas besoin de lui pour tomber dans la distraction !

Voici une méthode simple et belle qui te permet en même temps de devenir toi même et de parler à Dieu. La clé de cette méthode est l’unification intérieure au moment de la prière. Prier avec ton intelligence, ton émotivité mais aussi avec ton corps.

Au moment de la prière : que se passe t il?

Tu as plein d’idées qui te passent par la tête !

Voilà tu as décidé de prier, tu prends un certain temps et plutôt que de prier c’est l’embouteillage des pensées qui t’agite et te fatigue. Il suffit que tu sois un moment inactif pour te souvenir de toutes les choses que tu dois faire !

Alors peut être que le découragement n’est pas loin, tu te dis peut être déjà que tu n’es pas fait pour cela, que c’est la vocation des moines de prier eux qui ne foutent rien dans leurs monastères !!!  Oh la la stop. Tu es juste devant le fonctionnement normal de ton esprit.

Ton esprit comme le mien est fait ainsi qu’il ne sait pas s’arrêter. Même la nuit, tu as du le remarquer il continue en tache de fond ! Alors STOP au découragement. C’est juste là que la prière commence. Avant de devenir un dialogue avec Dieu la prière est déjà un acte personnel de présence à soi, à l’instant présent et donc à son esprit, son corps, et son cœur.

Lorsque tu t’arrête pour prier tout simplement ton esprit te dis qu’il est là et qu’il ne sait pas faire autre chose que s’agiter d’une idée à l’autre. Considères le comme le courant d’une rivière. Il passe, il mène les pensées les unes après les autres et elles peuvent ainsi s’éloigner tranquillement. Toi tu reste sur la berge, et tu peux observer cela. Tu n’est ni le courant, ni les pensées qui sont comme des feuilles emportées sur le courant. Tu es celui qui regardes cela, les yeux amusés. C’est l’étrange nature de ton esprit.

Rappelle toi : Tu as des pensées et tu n’es pas tes pensées.

Tu t’ennuies

Basiquement l’ennui vient du fait que tu attends quelque chose qui ne vient pas. Ce n’est pas étonnant. Tu es habitué à travailler, te distraire… et chaque fois tu fais quelque chose pour obtenir ce que tu veux. C’est assez logique non? Eh bien l’ennui est alors une bonne chose. Les psy disent qu’il est très important pour les enfants de s’ennuyer de temps en temps. Cela stimule leur imagination et leur capacité à inventer, créer. C’est que l’imagination est la porte de leur vie intérieure. Le philosophe Henry Bergson a révolutionné l’idée que nous avons de l’imagination. Alors que certains faisaient d’elle la “folle du logis”, il a montré qu’il y a une imagination “créatrice”.

L’ennui est donc effectivement une étape dans ton adaptation à la vie intérieure. Une étape déroutante car tu dois attendre que ton esprit tourné vers l’extérieur se tourne vers l’intérieur. Qu’il soit attentif aux événements qui arrivent à l’intérieur. Car oui ! il se passe plein de choses en toi dont tu n’as, (si tu lis cet article) que peu conscience.

Si tu tournes ton regards vers l’intérieur il faut un moment pour t’habituer. Un peu comme lorsque en auto tu rentre dans un tunnel de montagne qui n’est pas éclairé. Il faut un moment pour que tes yeux commencent à voir. L’ennui est presque toujours le signe que cette adaptation est en cours.

Tu dors

Ha ha ha ! 😉 cette fois ci, tu as joué la carte de l’adaptation à fond. Ce sommeil peut avoir beaucoup de raisons. La première qui est très simple c’est que tu es fatigué. C’est comme si ton corps te dis. ah enfin un peu de repos ! Et il en profite pour récupérer. C’est très bien et je ne peux que t’encourager à prendre le repos dont tu as besoin. Chacun à besoin chaque nuit d’au moins 7 heures de sommeil. Tu en es où du respect de ton corps?

Le sommeil te rappelle que ta vie a besoin d’un équilibre. Entre le rythme de tes pensées, de tes affections et aussi le rythme biologique de ton corps. Le moment de la prière est bien sur un moment où tu vas dialoguer avec Dieu, mais le véhicule, le lieu, de cette rencontre, c’est ton corps.

Entrer dans la prière n’est pas un acte comme les autres, il est un acte de sagesse. C’est à dire qu’il implique toutes les dimensions de ton être, corps, âme, et esprit. C’est pourquoi dans la deuxième partie de ce post je te parlerai de la façon de mettre en action toutes les dimensions physiologique, mentale et affective de ton être au moment de la prière et de la méditation. C’est essentiel et c’est une école de sagesse.

Tu penses à un sujet spirituel, tu lis

Il est évident que lire, et avoir des pensées spirituelles est important, car cela nourrit ta vie. Mais durant le moment de la prière, c’est une distraction pire que les autres. Elle est somme toute peu différente de « toutes les idées » qui habitent ton esprit et qui ont tendance à t’ envahir dès que tu te poses. Eh bien, même si le sujet est spirituel c’est aussi une distraction. Et elle est d’autant plus gênante qu’elle te fait croire que tu es devenu un grand spirituel. Car bien sur ce n’est pas le contenu de tes pensées qui font de toi un être spirituel, c’est la façon ou tu es présent au réel et à la réalité de la présence divine dans ta vie, à sa parole. Ce point est particulièrement important, car c’est là que tu trouve la racine de l’orgueil spirituel. Cet orgueil spirituel qui est vraiment la peste de la vie intérieure.

Tu ressent de fortes émotions en priant.

C’est une raison habituelle de trouble dans la vie de prière : tu en viens à un moment ou tu dis « je ne sent plus rien ». que faire, comment continuer. Autant la distraction peut être dans les pensées, autant elle peut être dans l’émotivité. Les émotions durant la prière sont souvent des distraction affective. Ces émotions d’exaltation, de grande joie, de profonde paix sont des moments que probablement tu connais. Ces moment sont à la fois importants, car grâce à eux tu « goûtes » comme il est bon d’être là en prière. Et en même temps par l’importance que tu leur donnes ils sont problématiques. Car la prière c’est un chemin, et ces émotions sont une étape de ton chemin. C’est à dire qu’ils sont bons au moment ou ils arrivent. Mais si tu veux avancer il est nécessaire de les laisser pour t’aventurer plus loin. Si tu t’attache à eux, tu reste sur place. Pour ma part je suis resté coincé dans cette rechercher plus de dix ans. C’est pourquoi je me permet de te mettre en garde.

Il faut encore préciser qu’une autre « affectivité » plus délicate avec le temps va se développer en toi, qui est une capacité de savoir « ce qui est bon » et ce qui es inutile pour toi. Ce n’est pas alors à proprement parler des émotions, mais plus une sorte de sensibilité à la vérité. Justement ces yeux, ces oreilles, ce toucher « spirituel » se développe lorsque tu as réussi à commencer à vivre le détachement de ces émotions « fortes » qui aveuglent le cœur.

Je tiens encore à préciser que ce passage de l’émotion forte à la sensibilité du cœur, n’est, d’après ce que je sais et connais, jamais terminé. L’attitude juste est donc d’accueillir, sans juger les « émotions fortes » et de les laisser repartir sans tristesse avec détachement. En s’attachant justement à se rendre présent au présent de l’instant.

Tu as mal ici et là !

Eh oui, c’est souvent par le corps que rentre l’envie d’abandonner. Une douleur, un siège mal foutu, la luminosité trop forte ou trop faible… le bruit ambiant… tellement de raisons pour abandonner. Et en fait, lorsque tu penses ainsi, tu fais de ton corps un ennemi. Alors que c’est ton corps qui te donne la possibilité d’être là en cet endroit précis. Il est le lien entre ton esprit et le grand monde et les autres humains. Avoir mal, est très utile. Imagine que lorsque tu met ta main dans une eau trop chaude tu ne ressente pas la douleur. Ta main serait cuite et morte en une minute ! La douleur est une information sur l’état actuel de ta façon d’habiter dans ce monde. Et cette information est cruciale au moment de la prière.

Tu peux donc considérer, les sensations les douleurs de ton corps au moment de la prière comme un état des lieux de ta façon d’habiter dans ce monde et devant ton Dieu. Ton empressement à prendre un cachet pour supprimer la douleur de ta tête par exemple peut être un refus de voir que tu ne t’accordes pas assez de sommeil. Une difficulté à respirer peut vouloir te dire que tu es à l’étroit dans tes pensées et dans ta vie. Même une maladie peut vouloir te signaler que tu oublie une partie importante de ton existence.

Alors que faire de ces sensations corporelles durant la prière, juste les accueillir comme une part de la réalité. Les intégrer dans ta capacité à être présent dans l’instant.

 

Comment prier profondément avec ton esprit, ton cœur et ton âme

 La respiration et le corps

Pourquoi la respiration est elle si importante? Simplement rends toi compte que c’est la seule activité que tu fais en permanence depuis que tu es sortis du sein de ta mère. C’est l’activité qui est absolument un besoin essentiel. (essaye seulement d’arrêter une heure!). C’est aussi l’activité qui est le plus souvent inconsciente et qui est pourtant soumise au conscient.

Lorsque tu respire, tu es à la croisée des chemins de ton inconscient, de ton conscient, de ton corps et de ton esprit et en même temps en contact avec la vie en toi. Respirer est une activité qui te lie avec le réel, de qui tu es en réalité. Corps, âme et esprit.

Car vois tu prier n’est pas une activité seulement intellectuelle, ni seulement émotive, ni seulement corporelle. C’est tout cela à la fois. C’est une activité de tout ton être, conscient et aussi inconscient. Parfois c’est ce sont tes pensées qui vont t’avertir de la visite de Dieu, tu aura alors une inspiration. Parfois c’est ton corps et tu ressentira une force soudaine parfois aussi une affection pour une personne, ou une activité et tu pourra y reconnaître la “motion” de l’esprit en toi.

Et voilà, pour pouvoir recevoir toutes ces influence du monde spirituel, et de Dieu lui même, il est essentiel que tout ton être soit là, présent.

les conditions

Parce que la prière est aussi une question corporelle, la position, l’heure, la durée, le lieu, l’environnement que tu choisis a de l’importance. C’est un moment ou tu viens rencontrer le maître et il est aussi important de signaler cela en notant le rendez vous avec Lui dans ton agenda.

le recueillement

Le recueillement est un moment très beau. Ce recueillement est une action que nous pouvons faire part nos propres moyens. C’est à dire sans que ce soit “l’action de Dieu”. C’est un moment ou nous entrons à l’intérieur de nous même, et jouissons de cette présence à notre propre esprit. Un moment ou notre esprit n’est plus préoccupé par les choses extérieures et prend conscience du monde intérieur qui l’habite. Alors il découvre l’immensité du “château intérieur” et Celui qui y habite.

Il est très important de comprendre que cela est une étape qui est obtenue par la pratique. C’est à dire que ce que tu va y vivre sera l’effet de ta fidélité de ton action de priant. C’est ta part dans l’amour pour aller vers Dieu.

Beaucoup me semble t il se trompent lorsqu’ils pensent qu’il n’y a qu’à être là pour être en prière. Ils attentent alors que leur prière devienne contemplative sans faire leur part du travail. Ils pensent que c’est la Grâce qui devrait tout faire.

Or, lorsque ce n’est pas le cas il convient de se mettre à l’œuvre. Thérèse d’avila a une belle image pour cela.

Regard de foi d’espérance et de charité

 

« Il me semble qu’il y a quatre manières d’arroser un jardin. D’abord en tirant de l’eau d’un puits à force de bras, ce qui exige une grande fatigue de notre part; ou bien en tournant, à l’aide d’une mani­velle, une noria garnie de godets, comme je l’ai fait moi-même quelquefois : avec moins de travail on puise une plus grande quantité d’eau; ou bien en amenant l’eau soit d’une rivière, soit d’un ruisseau : la terre est alors mieux arrosée et mieux détrempée, il n’est pas nécessaire d’arroser aussi fréquemment et le jar­dinier a beaucoup moins de travail; enfin, il y a la pluie abondante: c’est le Seigneur qui arrose alors sans aucun travail de notre part, et ce mode d’arro­sage est, sans comparaison, supérieur à tous ceux dont nous avons parlé. Appliquons maintenant à notre sujet ces quatre manières d’arroser et d’entretenir ce jardin qui, sans eau, ne pourrait rien produire. Cette comparaison me semble très à propos pour donner quelque idée des quatre degrés d’oraison où le Seigneur dans sa bonté a daigné quelquefois élever mon âme. » Vie, chap. XI, pp. 177-178.

Respirer, prendre soin des conditions de ta rencontre c’est ta part du travail, prier c’est prier avec méthode pour obtenir cet état de recueillement. C’est pour ainsi dire un point de départ. Une base ou tu deviens présent à ce que tu vis, à ce qui t’habite, tes pensées, tes émotions et affections tout en ayant conscience que tu es plus que cela. Tu es celui qui assiste à tout ce qui traverse le champ de ta conscience.

Thérèse  dit clairement que cet état est le fruit du travail spirituel. “Comprenez bien qu’il ne s’agit pas ici d’une chose surnaturelle, l’oraison de recueillement dépend de notre volonté” (chemin de la perfection XXX.

Et c’est important car tu peux t’y entraîner, et obtenir la chance de d’entrer dans la voie de la prière contemplative.

l’acte de foi

Un jour épris de méthodes de méditation, faisant des comparaisons entre la méditation boudhique et celle des chrétiens, entre les outils de thérapies que j’étudie et les “opérations de l’Esprit saint” dans une âme qui prie j’étais un peu perdu. Et je demande à un prêtre Jésuite lors d’une session sur le discernement spirituel comment différencier une action de Dieu et quelque chose que je fais par mes propres forces, et il m’a répondu : la foi !

C’est justement l’acte de foi qui me fait passer dans une autre dimension. Tout ce que tu vis dans le moment de prière, c’est d’une façon ou d’une autre ton esprit qui le produit. Si c’est la joie, c’est ton cœur qui s’égaille, si c’est une tristesse devant le péché, c’est bien ta propre sensibilité qui est modifiée. C’est toi.

Et le fait d’avoir la foi, te permet de te trouver non pas devant une construction de ton esprit seulement, mais devant celui en qui tu met ta foi. La foi te permet de savoir que ton expérience spirituelle, tes méditation, ton silence, tes respirations et ta présence à ce qui se passe à l’intérieur de toi parlent de Dieu.

Il te reste à découvrir la présence de Dieu dans ce que tu vis dans la prière. Car tu ne peux bien sur pas vivre une chose et la comprendre en même temps. Tu peux méditer que tu es sur le bord du puit avec Jésus et ressentir un grand enthousiasme. C’est uniquement ensuite, en regardant ce que tu as vécu que tu pourra reconnaître le passage de l’esprit saint qui est venu allumer le feu de l’amour en toi.

Comment prier sans les distractions qui vont parfois avec la prière

Retire toi dans ta chambre et prie ton Père dans le secret

Cette parole de Jésus résume toute la démarche de celui qui veut prier. Il a tout un “travail” à faire pour enter dans la chambre accepter la solitude, d’un Dieu qui est “secret”.

Et apprendre à le découvrir, apprendre arroser le jardin jusqu’au jour ou la pluie se met à tomber…

Bientôt j’écrirai un article sur les méthodes de prières. Je compte sur toi pour liker cet article, le partager si tu l’as trouvé intéressant. Rejoins nous sur facebook et partages nous tes idées.

ALexis

 

 

Ton Avis compte !
Utilité
Facilité
Intéret personnel
Summary
0 %
Évaluation de l'utilisateur : 0 (0 votes)

Vous voulez plus de choses comme ça?

Recevez notre newsletter directement dans votre boite mail.

Ne vous inquiétez pas nous ne spammons pas

Je suis prêtre et psychothérapeute. J'utilise la PNL et l'hypnose comme méthode. Engagé depuis l'âge de 17 ans dans la communauté des Béatitudes j'habite aujourd'hui au Liban. J'y donne des retraites, des formations et bien sur des entretiens personnels. Ma passion et mon soleil c'est de voir un client qui découvre qu'il peut vivre sans plus avoir besoin de moi !

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Alexi Jalabert‎
Charger plus dans Tutoriaux
Les commentaires sont fermés

Lisez aussi

Merci à tous pour ces deux jours in croy ables ! :)

Retraite famille deux jours en famille autour du Seigneur         …